Home Le paiement fractionné (BNPL) : La France encore timide comparée à ses voisins Européens
Le paiement fractionné (BNPL) : La France encore timide comparée à ses voisins Européens

Le paiement fractionné (BNPL) : La France encore timide comparée à ses voisins Européens

  • Published: 1st février 2022, 09:14

Depuis ces dernières années, on assiste à une croissance rapide des jeunes entreprises spécialisées dans le paiement fractionné « buy now pay later » (BNPL). Ce concept permet aux consommateurs de payer leurs achats en ligne en plusieurs fois. Une version « revisitée » du traditionnel crédit à la consommation avec toutefois quelques spécificités contemporaines.

Si le concept de paiement fractionné n’a rien de nouveau, qu’il s’agisse du crédit magasin ou des cartes de crédit traditionnelles, les entreprises qui le proposent, font partie du paysage en plein essor des fintech. Elles présentent des offres numériques fortement commercialisées et un design moderne à destination d’un public plus jeune de Millenials et de Gen Z.

Selon les données de 2021, la fintech de ce secteur qui tire le plus son épingle du jeu est de loin la société suédoise Klarna. Cette dernière a enregistré 90 millions d’utilisateurs. À l’image de ce succès, il n’est donc pas surprenant de constater qu’en 2020 le paiement fractionné BNPL est le premier mode de paiement en ligne en Suède (selon une étude de Worldpay). Dans ce sillage, on retrouve également des fintech tels que Afterpay, basé à Melbourne (16 millions d’utilisateurs), ou encore Affirm, basé à San Francisco (7 millions d’utilisateurs) ; des acteurs rayonnant aujourd’hui à travers le monde.

Le boom pandémique

Le COVID-19 a provoqué de profondes transformations du commerce à travers toute l’Europe. Les fermetures d’établissements et les restrictions d’exploitation des commerces, en points de vente physiques, ont contribué à l’augmentation de l’e-commerce. Conséquence directe, les méthodes de paiement ont elles aussi rapidement évoluées. Alors que les achats en ligne se sont multipliés pendant la pandémie, entre février 2020 et juillet 2021 l’utilisation des services de paiements fractionnés (« BNPL ») a augmenté de 86 % en Europe.

En France, les opérateurs Buy Now Pay Later (BNPL) incluent Klarna, Clearpay, PayPal, Scalapay ou encore Alma. Bien que l’industrie en soit à ses débuts, un rapport de researchandmarkets.com indique que les données financières pour effectuer des vérifications de crédit sont moins faciles à obtenir en France que dans certains autres pays voisins.

Cela peut expliquer les résultats d’une enquête de Worldpay (2020) selon laquelle le paiement « Buy Now Pay Later » ne représente que 4 % des paiements de commerce électronique en France. Il s’agit du quatrième résultat le plus bas des 11 pays européens mis en avant dans notre infographie ci-dessous.

Bien que l’utilisation de l’option de paiement fractionné reste minoritaire en Europe pour l’instant , Jonathan Merry, PDG de MoneyTransfers.com, invite les consommateurs à faire preuve de prudence au fur et à mesure du développement de cette pratique.

« L’image de marque moderne des services BNPL est pleine de promesses. Il est certainement tentant d’étaler les paiements lorsque vous avez rempli votre panier en ligne avec des produits du quotidien ou encore des achats plus ponctuels et conséquents. Cela est d’autant plus vrai lorsque vous pouvez choisir l’option du paiement fractionné très facilement au moment du paiement ou via une application. Payez à temps et il n’y aura aucun impact sur votre pointage de crédit et aucun intérêt à payer ! »

« Mais les clients doivent se méfier de la pente glissante dans laquelle ils peuvent s’engager avec de tels services. Ce type d’option peut également inciter à faire des achats coûteux hors de ses moyens, ou bien des achats plus impulsifs. Cela engendre un risque de réduction de l’épargne et créer des défis financiers pour l’avenir. Cela sans parler des frais de retard de paiement qui peuvent s’additionner rapidement et évoluer en de graves problèmes s’ils ne sont pas traités rapidement »

Newsdesk
Écrit par
Newsdesk